Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

«Couverture
«Conseils

Membranes imperméables et respirantes. Réponses aux questions fréquemment posées

Par Redaction Barrabes.fr - 0
Gore-Tex, eVent, Pertex Shield, Futurelight ? l’offre de membranes et de systèmes d'étanchéité est large et les différences ne sont pas toujours claires. Nous allons vous aider à identifier les informations nécessaires pour faire le bon choix en fonction de l'activité que vous allez pratiquer.
Membranes imperméables et respirantes, essentielles en montagne. Photo Rab

Qu'est-ce qu'une membrane ?

Une membrane est un matériau doté de fonctions imperméables et respirantes placé sous le tissu extérieur d'un vêtement.

Contrairement aux tissus qui ne sont qu'imperméables, comme ceux utilisés dans une tente ou un imperméable en plastique, les vêtements incorporant une membrane ont aussi la capacité d'évacuer la sueur vers l'extérieur.

Comment fonctionnent les membranes ?

Toutes les membranes du marché suivent la même structure : un matériau composé de millions de pores microscopiques à travers lesquels les molécules d'eau ne peuvent pas pénétrer mais la vapeur d'eau issue de la transpiration le peut. De cette façon, l'eau ne peut pas pénétrer mais l'évacuation de la sueur est encouragée.

Comme il s'agit d'un matériau quelque peu fragile, il est protégé intérieurement et extérieurement par d'autres tissus qui servent également à renforcer les propriétés de la membrane.

De quel matériau sont faites les membranes ?

Le matériau le plus courant est le ePTFE (polytétrafluoroéthylène expansé) que vous connaissez mieux sous son nom commercial, Teflon. Parmi ses nombreuses propriétés, le teflon présente des caractéristiques très intéressantes pour une utilisation en montagne : il est très souple et résistant et lorsqu'il se dilate, il forme des trous de taille microscopique, les micropores dont nous venons de parler.

La nanostructure utilisé par Futurelight est un autre système d'étanchéité qui utilise une solution de polyuréthane qui est injectée pour former un matériau avec des caractéristiques analogues à celles des membranes.

Comparaison au microscope entre FutureLight (à gauche) et Gore-Tex (à droite).

Toutes les membranes ont-elles les mêmes caractéristiques ?

Il existe plusieurs systèmes imperméables (Gore-Tex, eVent, Futurelight, Pertex Shield...) et même au sein de ceux-ci, il existe plusieurs variantes selon le système de construction ou les caractéristiques. Tous sont imperméables et respirants, bien qu'à des degrés différents, selon l'activité pour laquelle ils ont été conçus. Par ailleurs, la façon dont les membranes sont unies au tissu extérieur et/ou à la doublure peut changer.

De même, les performances de perméabilité au vent des membranes varient en fonction du type de membrane, allant des membranes complètement étanches au vent à celles qui permettent un certain échange d'air avec l'extérieur, ces dernières étant des membranes à haut degré de respirabilité.

Comment mesure-t-on l'étanchéité d'une membrane ?

Le système habituel est la colonne d'eau ou HH (Hydrostatic Head, charge hydrostatique) mesurée en millimètres. Il s'agit d'un test dans lequel un tube sans fond est placé sur le tissu à tester et de l'eau est versée dessus. Lorsque le tissu commence à perdre son imperméabilité, on mesure la hauteur de l'eau dans le tube, établissant ainsi sa colonne d'eau.

Sur le terrain, 10 000 millimètres sont considérés comme un bon chiffre pour des pluies sporadiques et modérées, et à partir de 20 000 millimètres, on considère que l'étanchéité est excellente, les membranes les plus étanches atteignant 28 000 ou 30 000 millimètres.

Dans les tentes, où le tissu est toujours sous tension et sans contact avec le corps, les exigences en matière de colonne d'eau sont beaucoup plus faibles.

Représentation graphique entre différentes colonnes d'eau. Graphique Rab.

Comment mesure-t-on la respirabilité d'une membrane ?

Il existe deux méthodes, la MVTR ou la RET. Ces notions sont expliquées plus en détail dans cet article sur les termes techniques relatifs au matériel de montagne, mais en voici un résumé:

  • Le MVTR ( Moisture Vapor Transmission Rate) également appelé MVP (Moisture Vapor Permeability) est une méthode qui spécifie la quantité de vapeur d'eau qui peut passer à travers un tissu, mesurée en grammes par mètre carré par 24 heures. Un chiffre supérieur à 10 000 g/m²/24h convient aux activités de montagne et des chiffres supérieurs à 20 000 g/m²/24h sont recommandés pour les activités de type hautement aérobique.
  • Le RET mesure la résistance du tissu au passage de l'humidité et donc un tissu sera d'autant plus respirant que son RET sera faible. La RET ( Resistance to Evaporative Heat Transfer) est mesurée en Pa.m²/W, les valeurs inférieures à 14 étant adaptées aux activités de montagne et celles inférieures à 7 étant favorables aux activités aérobiques.
  • Quelles sont les couches d'une membrane ?

    Selon le type de combinaison entre le tissu extérieur, la membrane et la doublure intérieure du vêtement, on parle de membrane deux couches, de membrane trois couches ou encore de membrane deux couches et demi. À ne pas confondre avec le système de superposition des vêtements d'alpinisme.

    • Membranes à deux couches : seule la membrane et le tissu extérieur sont laminés, la doublure intérieure, qui est généralement en maille, restant libre. Avec un tissu intérieur lâche, on perd un peu de compressibilité et de respirabilité.
    • Membranes à deux couches et demie : la membrane et le tissu extérieur sont laminés. Il n'y a pas de doublure intérieure proprement dite, mais des revêtements sont appliqués à l'intérieur de la membrane (généralement imprimés ou pulvérisés) pour résister à l'abrasion. Plus légères et plus compressibles que les membranes à deux couches, mais pas aussi durables.
    • Membranes à trois couches : la doublure intérieure, la membrane et le tissu extérieur sont laminés. On obtient ainsi un produit compressible, hautement respirant et très résistant.

    Les membranes sont-elles chaudes ?

    Bien que le simple fait de porter un tissu couvrant votre corps suffise à vous tenir chaud, la fonction des membranes n'est pas de conserver la température du corps. Cela dépend d'autres matériaux tels que les doublures, les vestes rembourrées ou les sous-vêtements thermiques.

    Donc, le fait qu'une veste ou un pantalon avec une membrane soit chaud ne dépend pas de la membrane elle-même, mais des autres matériaux utilisés pour fabriquer le vêtement. Pour rester au chaud en montagne, il faut accompagner le vêtement à membrane (troisième couche) d'autres vêtements aux propriétés isolantes (deuxième couche et, éventuellement, aussi la première couche).

    Quel entretien nécessite une membrane ?

    La membrane, du fait de son emplacement à l'intérieur du vêtement, est difficile à endommager dans des circonstances normales et ses matériaux sont particulièrement durables, bien plus que les doublures intérieures et les tissus extérieurs. Cependant, lorsque la sueur est évacuée du corps, elle peut accumuler des sels et des saletés qui peuvent obstruer les pores. Le traitement imperméable extérieur perd également ses propriétés au fil du temps. 

    Par conséquent, un lavage périodique est recommandé en suivant les instructions du fabricant, y compris le repassage ou le séchage en tambour pour réactiver le traitement imperméabilisant du tissu extérieur.

    Pour en savoir plus sur ce sujet:

Tags:
vêtements Membranes

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.