Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers pour optimiser et faciliter votre navigation sur notre site. À partir de vos habitudes de navigation, nous pouvons améliorer nos services et vous offrir une meilleure expérience d'achat.

Pour en savoir plus, consultez notre politique en matière de cookies.

«Couverture
«Conseils

Partner check: l'importance du processus de vérification en escalade.

Par Redaction Barrabes.fr - 0
Une chose aussi évidente, facile et rapide que de vérifier que tout est correct avant de commencer à grimper est un sujet tabou parmi ceux qui pratiquent l'escalade et, par conséquent, un défaut à corriger. De la main de la grimpeuse française Julia Chanourdie, nous apprendrons les étapes à suivre avant de commencer à grimper une voie pour y parvenir en toute sécurité.

Le contrôle du partenaire, aussi facile et rapide que nécessaire. Photo Petzl

En escalade, ne nous leurrons pas, en plus des endorphines qui sont générées lors de l'exercice physique, l'adrénaline est un des éléments qui nous rend accro à cette activité si peu productive -du point de vue mercantile- qui consiste à gravir des montagnes pour ensuite les redescendre fatigué, sale et égratigné. En fait, le risque attire. Et elle attire surtout lorsqu'il s'agit d'un risque que nous contrôlons et dans lequel nous savons que nous sommes à l'abri de graves lésions.

Si vous grimpez depuis un certain temps, vous vous serez rendu compte que l'escalade n'est pas aussi terrible qu'on le dit. La vision de ceux qui ne la pratiquent pas a plus à voir avec les vertiges et les chutes qu'avec le fait d'apprécier et de se surpasser à chaque pas. Probablement les récits épiques de situations vécues à la première personne par les grimpeurs ne contribuent pas à enlever cette image de terreur devant une éventuelle chute qui plane toujours.

L'escalade, cependant, est une activité dans laquelle la perception continue du risque qui nous accompagne dès que nous quittons le sol nous incite à être attentifs et nous permet d'éviter constamment les accidents. Et sans doute, c'est au pied de la voie que les grimpeurs commettent le péché d'imprudence de considérer comme acquis que tout le rituel de sécurité, répété mille fois, a été fait à la perfection.

Avez-vous entendu parler du partner check ?

Je suis sûr que oui. Peut-être ne le nommez-vous pas ainsi et, dans la nomenclature de l'escalade, vous utilisez d'autres termes tels que "vérifier son partenaire" ou simplement "garder un œil". Peu importe comment vous l'appelez, du moment que vous le faites. La plupart des accidents, heureusement peu nombreux, seraient évitables simplement avec une révision visuelle du partenaire dans laquelle nous pourrions vérifier que tout est en ordre.

Étapes du le contrôle du partenaire

Honnêtement, sommes-nous tous exempts de culpabilité pour avoir réalisé que tout ne convenait pas une fois que nous étions déjà engagés dans la voie ? Des boucle dans la corde, du matériel que l'on ne porte pas, un équipement non réglé... Des problèmes absolument évitables de manière très simple en pied de voie qui peuvent devenir dramatiques à plusieurs mètres du sol. Il arrive souvent que l'atmosphère détendue qui précède l'ascension, avec les conversations, les salutations et la détente en général, ne corresponde pas à l'importance que revêt la sécurité à ce moment-là.

Pour essayer de sensibiliser les gens à ce problème et, surtout, pour créer une habitude qui, malheureusement, ne l'est pas encore, Petzl a créé des tutoriels sur les bonnes habitudes à adopter en escalade. Parmi ceux-ci, nous présentons ici le contrôle du partenaire ou partner check.

Julia Chanourdie, troisième femme au monde à enchaîner une voie en 9b (Eagle-4, à Saint-Léger-du-Ventoux, en novembre 2020), explique dans cette courte vidéo comment réaliser correctement le partner check.

Quelles sont les étapes pour une vérification correcte du partenaire ?

Le contrôle du partenaire consiste en une série d'étapes qui doivent intervenir et s'exécuter de manière mécanique. Ces actions sont tellement évidentes qu'elles peuvent nous sembler sans importance, mais les réaliser ou ne pas les réaliser peut faire la différence entre profiter de l'ascension ou se retrouver en difficulté ou, dans le pire des cas, subir un accident.

Nous partons du principe que nous avons déjà vérifié la quantité de matériel nécessaire pour la voie : au moins la même quantité de dégaines que le nombre de point d'assurage de la voie, descendeurs pour la cordée si nécessaire, montage de réunions, casque, etc.

Bien que la liste puisse sembler être une longue succession d'étapes, il s'agit en réalité d'un processus qui se fait en quelques secondes. N'oubliez pas que normalement, tout est bien fait ; tout oubli ou erreur dans l'exécution de l'une ou l'autre des étapes qui suivent nous fera immédiatement réagir.

Les étapes sont les suivantes :

1. Le harnais est bien ajusté.

Qui le fait ?

Contrôle mutuel entre tous les composants de la cordée. Dans une cordée de deux personnes, chaque membre contrôle son partenaire ; dans une cordée de trois personnes, chaque membre contrôle les deux autres partenaires.

Partner check : vérification du harnais.

Quels sont les points de contrôle ?

  • Le harnais est exempt de dommages et de défauts.
  • La ceinture du harnais est au-dessus des hanches.
  • Il n'est pas ample.
  • Les boucles sont correctement serrées.
  • L'excès de sangle a été ramené.
  • L'anneau ventral est sans torsion.

2. Le nœud d'encordement est proprement fait.

Qui le fait ?

Contrôle mutuel entre tous les composants de la cordée. Dans une corde à deux personnes, chaque membre contrôle son partenaire ; dans une corde à trois personnes, chaque membre contrôle les deux autres partenaires.

Partner check: révision du nœud.

Quels sont les points de contrôle ?

  • La corde ne présente aucun dommage ou défaut.
  • Le nœud passe par les deux anneaux d'encordement (boucles de la ceinture et des jambières).
  • Le nœud de "huit" est bien achevé, serré, repassé et peigné.

3. Le dispositif d'assurage fonctionne correctement.

Qui le fait ?

Contrôlez l'assureur entre tous les membres de la cordée. Dans une cordée de deux personnes, c'est le premier de cordée qui vérifie ; dans une cordée de trois personnes, c'est à la fois le premier de cordée et le partenaire qui passe en second sans assurer.

Partner check: révision du dispositif d'assurage.

Quels sont les points de contrôle ?

  • Le dispositif d'assurage ne présente ni dommage ni défaut.
  • La corde est correctement positionnée dans la bonne direction.
  • Le mousqueton de sécurité est fixé à l'anneau d'assurage ventral avec le doigt correctement verrouillé.
  • Nous effectuons une traction sur la corde pour vérifier que le dispositif remplit bien sa fonction de blocage.

4.Nœud en bout de corde.

Qui le fait ?

Ce contrôle est indispensable uniquement sur les voies d'une longueur ou lors d'une descente en rappel et c'est un geste effectué par tous les acteurs de la cordée. Un nœud en bout de corde garantit que vous ne sortirez pas de la corde lors d'un rappel ou d'un assurage en moulinette à cause d'un mauvais calcul de la longueur de la voie.

Partner check: vérification du bout de la corde.

Quels sont les points de contrôle ?

  • Aussi simple que de nouer l'extrémité de la corde à la housse ou de faire simplement un nœud.

Nous espérons que cette vidéo vous aidera à prendre conscience de la nécessité de la vérification du partenaire et qu'elle deviendra désormais une habitude saine avant chaque ascension.

Tags:
Escalade technique Assurage

Commentaires

Pour introduire un commentaire, vous devez vous identifier sur Barrabes.com. Cliquez ici pour vous identifier.
Il n´y a pas de commentaires sur cet article.